Cru bourgeois

L’Immeuble – Patrick Cauvin et Jordi Viusà

Le peintre Jordi Viusà est l’auteur d’une série de tableaux, qui ont servi de base à Patrick Cauvin pour la rédaction de ce livre. C’est un de ses titres publiés post-mortem, avec « la nuit de Skyros » et une réédition de « Laura Brams », un de ses plus grands succès. C’est à Jordi Viusà lui-même que je dois cette belle découverte, merci à lui.

Sur base de ces tableaux, Cauvin a donc brodé des personnages, qui lui semblaient avoir un dénominateur commun : un immeuble parisien. Mais le mieux est encore de lui laisser la parole :

« Lorsque je me suis trouvé devant une centaine de portraits, certains en pied, d’autres en buste, quelques-uns en couple, j’ai eu le sentiment que s’ils étaient tous différents, ils avaient quelque chose de commun et que je devais savoir ce qui les reliait d’assez inexplicable façon. Après examen, je pense avoir résolu le mystère : tous ces gens habitaient dans le même immeuble.

immeubleRien de bien rationnel dans tout cela mais il m’a vraiment semblé que ces personnages devaient se croiser à un moment ou à un autre, dans l’ascenseur, chez les commerçants du quartier, dans le hall… Et à partir de leurs visages, de leurs silhouettes, il me fallait reconstituer la vie qu’avait été la leur, leur histoire, raconter une existence, un parcours… Cela fut facile pour certains, l’image me renseignait sur l’âge, un trait de caractère, un milieu social, d’autres étaient plus hermétiques et il me fallait avoir recours à d’avantage d’invention… Percer en même temps un secret et imaginer une vie à partir de ces étranges locataires dont les uns devaient certainement occuper les quelques mètres carrés d’une chambre de bonne sous les toits avec WC sur le palier et d’autres 200 mètres carrés sur la rue… »

Conforme à son habitude et à son talent, Patrick Cauvin a dressé une galerie de portraits truculents, avec un sens aigu de l’observation, doublé d’une imagination habile autant que féroce. Il faut avouer que les tableaux de Jordi sont riches en couleurs. On trouvera, dans ces portraits croisés, un magistrat méticuleux, un spirite halluciné, une concierge qui habite dans l’escalier après avoir perdu ses fonctions, un collectionneur d’escargots, une fleuriste toquée de son métier… J’en passe et des meilleurs. On reconnait bien la signature de Cauvin et son humour débonnaire. Un livre plaisant, qui eût pu avoir toutefois une histoire commune, un fil conducteur auquel s’accrocher. Chaque portrait occupe un chapitre à part entière.

Quant aux œuvres de Jordi Viusà, visitez son site :

http://fixesousreve-jordyz.blogspot.com

« Au quatrième sur cour, vit Anton Sipach. D’origine australienne, il a vécu les trois quarts de sa vie en Afrique,et a fidèlement servi pendant près de quinze ans l’armée tanzanienne. Très vite, il demande à être incorporé dans une unité de protection de la faune, et, à la tête d’une centaine de volontaires, nettoya de la plupart des braconniers les grands parcs naturels qui s’étendaient pour la plus grande joie des touristes du pied du Kilimandjaro jusqu’aux plages de l’océan le plus chaud du monde. »

L’Immeuble de Patrick Cauvin et Jordi Viusà. Éditions du Cherche Midi

Date de parution : 13/01/2011  
Article publié par Noann le 25 juillet 2011 dans la catégorie Cru bourgeois

Consulter tous les articles sur Patrick Cauvin (4)

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne