érotique

L’amour nous rend liquides – Pauline et Julie Derussy

Un petit recueil de trois textes érotiques, qui a la particularité d’être écrit par deux sœurs, dont la complicité semble  transcendée par l’écriture. Le premier texte est écrit par Pauline, le second par Julie, et le troisième conjointement, l’une faisant écho à l’autre, de façon subtile.

Le premier texte, « la Danseuse », conte l’histoire d’un jeune puceau, François, invité par son oncle aux fins de le déniaiser, dans un bar sulfureux, en Inde. Le garçon a envie d’une rencontre et son oncle l’y pousse, mais il le fait avec maladresse et brutalité. Alors que le jeune homme dépité et las voulait s’enfuir, la lumière s’éteint et une jeune danseuse entame une parade lascive. François est subjugué mais tétanisé. Il ne peut se résoudre à tenter sa chance, devant le public, et devant son oncle, surtout. Il s’échappe, les pensées pleines de rêves érotiques, ruminant son désir en secret. L’auteure de ce texte a très bien décrit les émois et le trouble balbutiants du jeune garçon. L’écriture est belle, classique, faisant usage d’un style adroit. Le texte dans son ensemble me semble profilé comme le préambule d’une œuvre plus longue, plutôt qu’une nouvelle autonome. Le lecteur pourra laisser courir son imagination et composer une suite, ce qui est l’avantage de ce genre de fin en points de suspension.

« Les pensées du jeune garçon naïf étaient tellement chaotiques qu’il ne leur cherchait même plus de sens : tout ce qui importait, c’était qu’elle ne s’arrêtât jamais de l’embrasser. Deux fois, trois fois, dix fois, elle le délaissa, lui arracha des gémissements dépités, avant de revenir à l’assaut de sa bouche avec toujours plus de ferveur. »

Le second texte, « l’odeur du chlore » est écrit sur un autre mode. Des phrases plus courtes, au présent, dans un style intimiste mais minimaliste. L’histoire d’une rencontre dans une piscine. Nous suivons le cheminement sensuel de deux jeunes gens, qui se cherchent et finissent, à force de se croiser régulièrement, par avoir une relation, dans les coulisses du bâtiment même. Ils connaitront un premier flirt sous la douche, puis s’isoleront dans une cabine. L’histoire est belle et elle coule, si je puis dire, de façon tout à fait naturelle, mais sans surprise aussi. Il y a bien le trouble de la rencontre, l’angoisse de savoir si l’être convoité sera de nouveau là, la semaine suivante. De même pour la scène érotique, qui se passe dans une cabine, où les deux tourtereaux font des efforts pour passer inaperçu. Un peu plus de risque, de pathos, ou de fantaisie auraient été bienvenus. Mais ceci n’est qu’une impression personnelle…

l'amour nous rend liquidesLe troisième texte, « Camille et la rivière », est excellent. Les deux auteures ont conjugué leurs talents, et le résultat est particulièrement réussi ! J’ignore comment cet texte a été composé, mais il semble que chaque auteure se soit exprimée à tour de rôle. Le procédé est ingénieux et donne un résultat intéressant : chaque personnage a une vision et une expression propre. De fait, pour avoir lu souvent des textes écrits par un auteur unique donnant la parole à différents personnages, j’ai toujours déploré le fait que la voix de chacun ressemblait à celle des autres. On retrouve dans chaque voix la parole de l’auteur, son expression, ses tics d’écriture. Le résultat est généralement trop linéaire. L’exemple le plus brillant que je connaisse est celui de « Petit seigneur »   Mais ici, chaque personnage a sa voix propre, bien différenciée. Les deux se répondent comme des échos qui s’échangent au loin, et se complètent. L’histoire parait conventionnelle a priori, mais il y a une astuce de narration ingénieuse, que je ne dévoilerai pas. Camille, c’est une personne à qui des amis ont offert une  journée de canyoning, pour faire passer l’amertume d’une rupture. L’occasion d’une rencontre avec Vincent, le moniteur. Les deux vont se remarquer tout de suite, mais la situation et leur prudence naturelle les poussent à la méfiance. À la faveur d’un moment propice, le moniteur propose tout de même un rendez-vous. La cavalcade amoureuse est adroitement menée et réserve quelques surprises. L’écriture est claire et agréable. Les émois de l’un répondent à ceux de l’autre, jusqu’à la fin.

« Je vois arriver la fin du parcours avec un mélange déconcertant de soulagement et de désespoir. Chaque seconde de la descente a été pour moi un long combat intérieur, passé à contempler à chaque occasion la peau blanche de Camille et ses fesses moulées dans la combinaison, puis à me fustiger pour ce manque flagrant de professionnalisme. Je suis encore surpris d’avoir résisté à la tentation d’embrasser sa nuque juste avant le six mètres. Comme une litanie, je me répète : « Plus qu’un saut, plus qu’un saut ».

Lien vers la page dédiée sur le site de l’éditeur

L’amour nous rend liquides – Pauline et Julie Derussy, éditions Dominique Leroy (couverture de Pauline Derussy)

Date de parution : 18/01/2015 

Article publié par Noann le 25 janvier 2015 dans la catégorie érotique, Grand vin

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne