Grand vin

L’Affreux – Franz-Olivier Giesbert

Aristide Galupeau, surnommé l’Affreux, n’est pas né sous une bonne étoile. C’est le moins qu’on puisse dire. Amoché dès sa naissance par des forceps mal maitrisés, non désiré par une mère immature qui passe son temps à s’en débarrasser, il est le résultat accidentel d’une liaison éphémère entre une fille d’exploitants agricoles mesquins et un ouvrier arabe de passage. L’Affreux cumule les handicaps : pas très beau, cheveux crépus, teint trop mat, origines sociales sans horizon…

Soupçonné à tort par sa mère d’avoir poussé sa petite sœur, Charlotte, dans le vide, il sera placé dans la famille Foucard, en banlieue parisienne, à Argenteuil… Garçon à tout faire exploité par une famille de « beaufs », il grandit dans une cité où, à la fin des années quatre-vingt, se côtoient des français « de souche », plus ou moins xénophobes, des immigrés d’Afrique du Nord et ceux d’Afrique tout court. Il y découvre l’amour qu’il recherche depuis toujours. A travers deux extrêmes : sa professeur de français, Madame Bergson, veuve et âgée de soixante ans, et Nathalie, la fille aînée des Foucard. Lorsque Madame Bergson est assassinée, il est le suspect idéal : délit de sale gueule et racisme primaire suffisent à le faire accuser. Il s’enfuit.

Lire la suite…

Article publié le 2 juillet 2010 dans la catégorie Grand vin
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
Premier Grand Cru Classé

Univers Univers – Régis Jauffret

« Nous sommes des univers passagers dans l’univers qui s’éternise » (Régis Jauffret). Oui, sans aucun doute… Et c’est ce qui résume le mieux ce livre de 609 pages qui, je l’avoue, m’a coupé le souffle et me laisse légèrement ahurie. Mais je ne sais pas encore si c’est d’admiration ou de lassitude ou de stupéfaction. Peut-être un peu des trois à la fois. Parce que… l’ouvrage est déroutant à plus d’un titre.

Il est impossible d’en synthétiser le contenu. Il faudrait pour cela, au minimum, évoquer les personnages principaux. Or, si ce livre foisonne de personnages et de situations, c’est à partir d’un seul individu –une femme qui surveille la cuisson d’un gigot en attendant son mari – que tout se joue. L’exercice titanesque auquel s’adonne Régis Jauffret consiste à imaginer, à partir de cet individu ordinaire, à l’existence quelconque, plongé dans une activité domestique anodine, la multitude des « possibles » : d’autres noms, d’autres origines, d’autres passés, d’autres attentes, d’autres destins…Les variations s’enchainent sans répit autour de ce personnage insignifiant, familier, et de son entourage. Je n’ai pas dénombré les univers « possibles » façonnés par Régis Jauffret…Mais croyez-moi sur parole, l’étendue et la variété des hypothèses sont impressionnantes.

univers universDifficile alors de tracer les grandes lignes d’une histoire qui en réalité n’est ni unique, ni figée, mais démultipliée à l’infini. La seule constante étant l’incipit récurrent : une femme qui surveille la cuisson d’un gigot. Difficile aussi de disséquer clairement le mode de construction de ce livre (je n’ose pas dire roman, car il défie les standards passés et contemporains de la littérature). Il est –linéaire -… Oui, vous avez bien lu : 609 pages d’un récit linéaire rythmé par le flux et le reflux d’une situation de base. On en sort à bout de souffle, sens dessus-dessous comme après un passage dans une centrifugeuse ou le tambour d’une machine à laver à la fin du cycle essorage.

Lecteurs étourdis et/ou à la recherche d’un roman à survoler sur la plage et/ou pour s’occuper l’esprit dans les transports et/ou besoin d’un roman où l’auteur tire le lecteur sur des chemins balisés … ? Attention : ici, il faut se débrouiller tout seul pour ne pas perdre le nord et surtout, s’accrocher du début à la fin. A quoi ? A la femme qui surveille la cuisson de son gigot, puisque c’est le seul point d’arrimage. Mais…rassurez-vous, on peut aussi se laisser emporter dans « la centrifugeuse de Jauffret » dont le regard tranchant, l’imagination totalement débridée, l’écriture d’une densité incontestable et d’une force peu commune restent on ne peut plus captivants… Univers, Univers, c’est aussi « le style Jauffret » : cynique, amer, acide, cruel, dérangeant. Novateur et hypnotisant.

Univers, Univers, n’est pas un livre comme les autres. C’est une révolution, un grand coup de pied dans les standards de la littérature, de l’écriture comme de la lecture. Un exercice de haute voltige. Une œuvre plutôt qu’un simple roman. Pour en profiter, il faut faire des efforts : « l’œuvre » se mérite…

Extrait (Epilogue)

« Elle a eu trop de noms pour qu’on s’en souvienne. A présent, le gigot est cru, l’agneau s’en sert encore pour gambader dans la campagne, grimper aux arbres, s’envoler de la plus haute branche avec la grâce d’un caillou, d’un caïman, d’un lecteur tombé tête la première dans un roman. Un roman décédé de mort subite. Les livres meurent debout. »

Univers Univers. Régis Jauffret – Editions Verticales/Le Seuil

Article publié le 1 juillet 2010 dans la catégorie Premier Grand Cru Classé
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
Comestible ?

Dans la fuite incessante – Denis Arché

Ce roman ne manque pas de charme…. On peut se laisser séduire par le jeu de Johanna, jeune et belle flamande qui ouvre une parenthèse sur son couple, passe un contrat avec un amant de passage pour une grossesse, se cherche et s’enfuit, semble ne jamais se trouver, si ce n’est dans la vie d’une autre jeune femme.

Les dialogues sont très présents. L’auteur les rend naturels à force d’interjections et d’hésitations, parfois un peu trop il me semble. Les personnages sont vivants mais quelques banalités dans leurs répliques pourraient assoupir et éloigner le lecteur exigeant de notre époque. Les 70 premières pages m’ont paru un peu monotones après le départ de Johanna, mais tout à coup, voilà dans la foulée une mort, une tromperie, une fourberie, un peu d’action.

Les  descriptions m’ont parfois déçu. Bruges, Ostende et Blankenberge sont des villes très particulières, qui auraient pu bénéficier d’un dessin plus fidèle et conforme à la réalité. Un peu trop de légèreté à mon gout, des paysages interchangeables, où le vent et la couleur verte sont souvent utilisés.  C’est un peu trop « Français ». J’ai vérifié la rue Luiza à Bruges… je ne l’ai pas trouvée dans les annuaires. Pas plus que le « Hussard vert » ou d’autres lieux.  Il y a me semble-t-il quelques imprécisions et invraisemblances. Par exemple : « Par la fenêtre on voit presque jusque l’Angleterre… ». Difficile à croire vu la distance : 60 kilomètres. Certes, « Dans la fuite incessante » n’est pas un roman qui se veut profondément ancré dans la réalité. C’est un texte à ambiance et à couleurs, une mélodie de mots. Néanmoins il perd un peu de crédit (à mes yeux) par les paysages plus inspirés du midi que du nord.

En ce qui me concerne, plaisir de lecture mitigé, mais sans doute suis-je trop rationnel. J’ai eu du mal à me projeter dans ce plat pays qui est pourtant le mien. Mais si on fait fi de cette particularité, l’histoire est attachante. J’aurais aimé un peu plus de réalisme.

Extrait :

« Peut-être se souvient-il de l’avoir embrassée là, jadis, et de l’avoir fait chavirer, rien qu’avec sa bouche sur ces plis-là, son souffle, comme si par ce petit orifice son corps disait à son corps ce que personne ne peut savoir. »

Dans la fuite incessante – Denis Arché. Éditions du Seuil

Article publié par Noann le 27 juin 2010 dans la catégorie Comestible ?
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
Grand vin

Est-ce ainsi que les femmes meurent – Didier Decoin

Que peut-il donc bien se passer à New-York, un soir de mars 1964 ? Les possibilités sont vastes : meurtre, assassinat, homicide… A moins qu’un crime ? Kitty Genovese n’a pas eu de chance. Sauvagement assassinée, devant chez elle, dans un quartier tranquille.Violée alors qu’elle agonisait. A priori ce livre se présente comme un thriller palpitant. Et pourtant ce n’en est pas un. Il faut préciser que Didier Decoin est né en ’45, et qu’il est membre de l’académie Goncourt. Ça l’excuse un peu. Il nous a écrit une enquête façon Inspecteur Derrick, avec des poursuites à 30 à l’heure, des flics qui mettent leurs clignotants et s’arrêtent au feu rouge.

Dans les trente premières pages, tout semble dit, et le coupable avoue. Mais un journaliste mène sa petite enquête, et peu à peu se tisse une toile de l’horreur. Il n’y a pas un coupable mais 38 ! Les témoins qui ont vu et ont laissé faire, pendant 1/2 heure.

Personnellement j’ai un a priori défavorable sur New-York. Le tohu-bohu, le béton. La ville qui ne dort jamais, disait Frankie… Très peu pour moi, je tiens à mes huit heures de sommeil. Pourtant l’auteur me l’a rendue intéressante. Ses descriptions sont riches et fouillées. L’ambiance est très réaliste. Il faut dire que l’auteur a puisé sans vergogne dans les archives d’une histoire vécue (voir l’article sur Wiki) La fiction a semble-t-il été mélangée à la réalité.

La psychologie des personnages est intéressante. L’auteur passe habilement d’un point de vue narratif à celui d’un riverain témoin du drame, auquel on s’identifie. Un bémol quand même : l’aspect fouillé et les descriptions peuvent ennuyer le lecteur impatient. L’alternance de compte-rendus et de témoignages rend le récit un rien compliqué. Il ne faut en tout cas pas laisser le livre de côté trop longtemps au risque de ne plus pouvoir y entrer.

Est-ce ainsi que les femmes meurent – Didier Decoin. Éditions Grasset, le Livre de poche.

Article publié par Noann le 25 juin 2010 dans la catégorie Grand vin
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
Cru bourgeois

Où on va papa ? – Jean-Louis Fournier

L’histoire pas banale d’un papa pas comme tous les papas, le papa de deux garçons qui n’ont pas eu de chance. Une longue lettre à ses enfants lourdement touchés par le handicap, sur un ton léger, ironique… peut-être un peu trop !

Jean-Louis Fournier possède un talent inouï, une sorte de don qui lui permet de nous émouvoir en trois mots, nous faire pleurer de rire ou rire aux larmes. Désespoir d’un père qui retourne la situation, prend son sort avec bonhomie, choisit le parti de la dérision… un rire amer, désabusé. C’est drôle parfois, bouleversant, mais un peu lourd aussi, à la longue. Peut-on s’amuser de tout, comment et jusqu’où ? D’un côté ce livre est bien écrit, une histoire vécue en apparence, mais est-ce qu’un papa peut se gausser de ses enfants handicapés ? En général, leurs parents les adorent ou les détestent. C’est tout ou rien. Mais en rient-ils ? J’ai vu dans ce livre une longue doléance déchirante, exposée avec vivacité et talent, mais lu d’une autre façon, on peut y voir aussi une sorte d’insulte aux enfants malchanceux.

Extraits :

Si un enfant qui naît, c’est un miracle, un enfant handicapé c’est un miracle à l’envers.

Notre album de photos de famille est plat comme une limande. On n’a pas beaucoup de photos d’eux, on n’a pas envie de les montrer.

Quand on les prend dans les bras, on a l’impression de tenir un robot. Une poupée en fer.

Notre chance s’est appelée Marie, elle était normale et très jolie. C’était normal, on avait fait deux brouillons avant.

Elle est terrible la mort de celui qui n’a jamais été heureux, celui qui est venu faire un petit tour sur Terre seulement pour souffrir.

Où on va papa ? – Jean-Louis Fournier. Éditions Stock, le Livre de poche

Article publié par Noann le 24 juin 2010 dans la catégorie Cru bourgeois
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
vin de table

Sévère – Régis Jauffret

Voici  un livre percutant, qui vous roue de coups, vous bâtonne, vous laisse désarçonné lorsque l’issue approche … Un récit captivant mais aussi dérangeant, qui  donne tantôt l’envie de s’en éloigner très vite à force d’étouffer, tantôt le désir de s’y replonger après l’avoir refermé.

Sévère de Régis Jauffret est une sorte de fiction-réalité à la fois remarquable et gênante. Inspiré de l’affaire Stern, du nom de ce banquier assassiné en Suisse au terme de rites sadomasochistes. Le récit d’une passion amoureuse. Sa dissection plus exactement.

A travers une écriture directe – quasi rectiligne – l’auteur nous saisit, nous pétrifie. Il choisit la voie de la coupable pour narratrice de son récit. Un monstre. Une victime aussi, comme chacun des personnages de ce récit troublant qui nous parle de manipulation psychologique. L’histoire d’un amour si fou qu’il en est devenu asservissement, l’histoire d’un amour aux portes de l’enfer … la dégringolade vers un abysse si accessible pourtant …

Ce roman m’a laissé un goût amer dans la gorge et l’envie de le remiser très vite dans ma bibliothèque … pour quelque temps sans doute … ou bien jusqu’à demain.

Sévère – Régis Jauffret, Seuil

Article publié par Catherine le 19 juin 2010 dans la catégorie vin de table
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
Cru bourgeois

Les amantes- Elfriede Jelinek

Comment peut bien écrire une Autrichienne primée par le Nobel de littérature ?

Avec  soin, rigueur, profondeur, talent…? En apparence,  les Amantes est tout sauf ça. Une histoire chaotique, écrite sur un ton brut de fonderie, avec ses scories.

On dirait que Jelinek l’a griffonnée le matin dans la cohue de l’autobus, sur un calepin, vite, entre deux arrêts. Les majuscules ? inutiles ! les répétions ? peu importe ! Pas envie d’écrire un nom ? la première lettre suffit… Pourtant cette écriture est assez cohérente et donne bien le ton. Coup de massue, rupture avec la tradition de l’idylle germanique, contestation véhémente de la société autrichienne bien pensante.

Brigitte est ouvrière dans une usine. Elle rêve d’amour et d’enfants, croit trouver le bonheur avec Heinz, qui ne voit en elle que la chair.Ils vivent dans l’instant et se préoccupent de la fin de semaine, de leurs noces, de leur bouffe. Parallélisme avec Paula, qui lit des romans-photos et va au cinéma. S’entiche d’un bucheron, motard et alcoolique. Deux perditions, différentes.

L’écriture tempétueuse rend à merveille l’état de déliquescence de ces familles affolées. Jelinek laisse libre court à sa fureur et son esprit débridé d’artiste. Après, on raffole ou on déteste. Il faut se prendre au jeu et apprécier ce ton brut, brutal même, sarcastique, sans fioriture, sans traitement.  Un roman qui a trouvé son lectorat au milieu des années ’70, auprès d’un public souvent jeune et contestataire. Re-publié en poche chez Points. A voir, fût-ce par curiosité…

Extraits :

le mieux est toujours mieux que le bien.

souvent, ces femmes se marient ou périssent d’une autre façon.

mon dieu, comme je te hais pour ça, pense b. heinz est heureux d’avoir enfin quelqu’un à baiser.

… il ne faut pas proposer et laisser dieu disposer, mais laisser les autres proposer et disposer soi-même.

on peut dès à présent garantir à l’enfant qu’il n’aura pas beaucoup d’autres plaisirs par la suite, sauf quand les beaux-parents ou un client important seront en visite. l’humiliation de la mère rejaillira sûrement sur le petit enfant. on commencera par battre et esquinter le premier, et puis en toute hâte on fera le suivant. un enfant peut être victime de l’usure générale des choses ou de la circulation dans les grandes villes, il en faut donc un de réserve. il est préférable d’en avoir un en stock, en prévision de l’usure

Les amantes- Elfriede Jelinek. éditions J. Chambon,Points.

Article publié par Noann le 18 juin 2010 dans la catégorie Cru bourgeois
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
vin de table

Concerto à la mémoire d’un ange – Eric-Emmanuel Schmitt

Quatre textes présentés comme des nouvelles… plutôt de courts romans en fait. La définition de la nouvelle est variable, entre la novella et la short story. Mais le plus souvent, elle est définie comme ‘un texte avec peu de personnages, centré sur un événement, une écriture vive qui se lit d’une traite et se termine par une chute finale. Ici, s’il y a bien une chute, en revanche le récit s’attarde, s’égare parfois, et se déroule sur de longues périodes de vie.

Des êtres face à leurs tourments, des personnes au caractère bien trempé, qui sont coupables de faits graves, mortels tant qu’à faire, et se retrouvent confrontés à leur conscience. Certains s’amenderont, d’autres pas.  EE Schmitt écrit avec fièvre et force, comme sous l’emprise d’un démon. Un journal en annexe explique son envie pressante de conter, une sorte de besoin naturel ou un désir libidineux. Écriture riche, précise, rigoureuse. A contrario, quelques longueurs et répétitions enlèvent de l’intensité. Le rabâchage fatigue un peu, on dirait qu’il veut nous convaincre de faits déjà fort convaincants en soi. Comme l’écriture est musclée, le côté répétitif donne un résultat proche d’une séance interminable de musculation. J’ai lu sans déplaisir mais par petites doses. Les textes ont suscité en moi des réactions diverses. C’est surtout le troisième qui m’a ému, lequel a d’ailleurs donné son titre au livre. Histoire de deux amis, rivaux dans l’art, l’un laisse mourir l’autre pour guigner un prix…

Je pense que le talent d’EE Schmitt ne se révèle pas pleinement dans ce recueil. A mon avis, quelques coupures et élagage n’auraient pas fait de tort. Le style pourrait être parfois plus nuancé et moins en force. Le résultat aurait pu être encore meilleur.

Extraits :

« Pas étonnant qu’il ait pourri dans un poste d’enseignement, sans rencontrer le public, il n’avait jamais pigé que tout est duel, toujours »

« Pas un homme mais un graffiti d’homme, un brouillon, une esquisse, un raté… »

‘Car Greg n’avait fabriqué que des filles, sa semence était impuissante à générer du mâle… »

Concerto à la mémoire d’un ange – Eric-Emmanuel Schmitt. Albin Michel

Article publié par Noann le 9 juin 2010 dans la catégorie vin de table
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
« 1 2 ... 71 72 73 74 75 ... 82 83 »

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne