Grand vin

Infrarouge – Nancy Huston

Rena, 45 ans, photographe, mère de deux enfants, quatre maris et de nombreux amants … Cette femme tourmentée part quelques jours en Toscane avec son père Simon et la compagne de celui-ci.

Des vacances, qui s’annonçaient reposantes, vont tourner au cauchemar … Simon n’a plus la vivacité d’esprit d’autrefois et Ingrid, l’épouse hollandaise, est inculte … Vacances stériles …

L’auteur nous invite à suivre Rena, à travers huit chapitres palpitants qui s’enchaînent sans laisser un instant de répit au lecteur. Elle raconte ses colères à une amie imaginaire – refuge virtuel -, ses agacements face à la vie de couple, ses déceptions, ses souvenirs aussi, à commencer par ceux des hommes qui ont croisé sa vie, son goût pour l’amour.

Une première approche de cet auteur dont j’avais tant entendu parler et qui jusqu’ores ne m’inspirait pas … Et pourtant, voici un livre coup de cœur. Elle exploite en profondeur les thèmes comme  la famille, berceau de nos douleurs, l’absence de mère et ce féminisme revendiqué qui n’empêche pas le goût des hommes, tout cela dans une sorte de cavalcade de mots justes, vrais, émouvants.

De ce journal doux-amer on ressort certes bouleversé  mais finalement encouragé, avec le sentiment d’avoir refermé un livre fort, magnifique …

Sur la banquette rouge du café, Rena se penche de plus en plus vers la droite, s’effondrant doucement, insensiblement, contre le corps replet et maternel d’Ingrid. La nuit a été blanche, totalement blanche. Ingrid met un bras autour d’elle et il ne serait pas facile de dire qui, dans ce duo féminin, s’accroche à qui. Bien qu’elle ait les yeux fermés, Rena n’est pas en train de s’endormir, au contraire, elle capte les odeurs de javel et de lait moussant, sent l’âpreté du tabac au fond de sa gorge, trouve doux le contact du chemisier d’Ingrid contre sa joue et infiniment rassurants les bruits du café : tintement de cuillers, portes qui s’ouvrent et se referment, voix surtout, diverses et superposées, hommes d’affaires pressés de prendre leur ristretto avant d’embarquer pour Rome, ivrogne qui commande sa première bière de la journée, annonces sur haut-parleur des trains en partance ou à l’arrivée, bavardages entre serveuses.

Infrarouge – Nancy Huston, Actes Sud

Article publié par Celeste le 8 septembre 2010 dans la catégorie Grand vin

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne