Bonjour !

Bienvenue sur Livrogne point comme !

Depuis 2010, les avis de lecture d’une pléiade de lecteurs passionnés…

Un total de 634 articles.

Commentaires sur le site. Cliquer ici pour laisser un avis.

 
 
Cru bourgeois

La vie sauvage – Thomas Gunzig

Charles a eu une vie mouvementée depuis sa jeune enfance… Rescapé à trois mois d’un crash aérien, il vit en Afrique jusqu’à l’âge de 16 ans. Puis il sera renvoyé dans sa famille, vivra chez son oncle en Belgique où il connaîtra les indigences de la civilisation d’une bourgade du Nord de l’Europe, son lieu d’exil imposé. L’enfant revenu de la brousse est d’emblée considéré comme un sauvage, alors qu’à 17 ans à peine il est bien plus instruit que les autres jeunes de son âge. Lui qui a été sustenté par les grands auteurs, gavé par Baudelaire, Verlaine, Apollinaire, Rousseau et bien d’autres encore, se lasse de cette vie de pacotille auprès de son oncle et va organiser une stratégie pour retourner en Afrique et rejoindre les bras de Septembre.

la vie sauvageCependant, petit à petit, Charles fait son bonhomme de chemin entre ces gens qui l’entourent et qu’il déteste, à tel point même qu’il lui vient des idées de violence à leur égard, eux qui pourtant ne se montrent pas le moins du monde inamicaux avec lui.

En revanche, je dois reconnaître que Charles est un personnage plutôt attachant, malgré les côtés sombres de son âme. Renvoyé malgré lui dans un monde qui ne lui correspond pas et qu’il se hâte de fuir à tout prix, il mènera une existence dissolue, sans structures. Ainsi, le jeune homme s’adonnera à la luxure, aura des relations sexuelles avec toutes les femmes de son entourage, sa psy, sa prof, entre autres, simplement pour les faire payer d’avoir été arraché à sa vie africaine et parce qu’il entretient une haine viscérale avec les personnes qui partagent sa nouvelle vie.

Un roman tantôt débauché, tantôt totalement rayonnant, qui dépeint parfaitement le retour à cette soi-disant civilisation alors que la nature et la vie sauvage avaient ô combien le mérite de l’authenticité et de la vérité, une existence sans tumultes, ou à tout le moins sans artifices.

À travers un style alambiqué et une plume parfois trop apprêtée et à l’instar de Charles, son héros, l’auteur jongle avec les citations de Rimbaud, Apollinaire et d’autres et insuffle çà et là des textes cités qui à mon sens n’apportent rien au récit, sauf peut-être de nous remémorer les auteurs classiques qui ont agrémenté nos années d’étude…

Je ferme ce livre, un peu dubitative… L’histoire semble parfois décousue et remplie de clichés. Dommage

La vie sauvage de Thomas Gunzig, éd. Au Diable Vauvert

Date de parution : 31/08/2017  
Article publié par Catherine le 14 novembre 2017 dans la catégorie Cru bourgeois
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
Cru bourgeois

Un funambule sur le sable – Gilles Marchand

Un jeune homme naît avec un handicap peu commun qui interpelle les médecins. Parce qu’il est né avec un violon dans la tête, ses camarades de classe le surnomment Stradi. Même si la vie n’est pas simple pour lui, ce handicap invisible lui donne de nombreux atouts, celui de communiquer avec les oiseaux et aussi de séduire les filles. Malgré tout, les médecins ne cessent de s’inquiéter…

Qu’adviendrait-il au cerveau du jeune homme si le manche du violon venait à casser ou si les cordes se rompaient ? Néanmoins, le jeune homme déborde d’optimisme et mène vaille que vaille une vie normale, même si son handicap le rend maladroit et ignare. D’abord cloîtré chez lui, il se rend finalement à l’école, fait des études, puis recherche un emploi et enfin se lance sur le chemin de l’amour en utilisant son atout indéniable, le violon qu’il porte dans le crâne. Lélie se laisse entraîner par les armes de séduction du jeune homme et tombe éperdument amoureuse de lui.un funambule sur le sable Ils vont s’aimer, se déchirer, se rapprocher à nouveau, vivre ensemble même… Mais Stradi est confronté soudain à vivre comme un adulte, et non plus dans un rêve, décrocher un emploi, être responsable, trouver sa place dans ce monde hostile. Car, est-ce lui qui porte un handicap ou est-ce le monde qui fait montre de distance et ne s’adapte pas à lui ?

L’auteur nous livre un très beau récit, jouxtant entre réalité et onirisme, où la fantaisie s’immisce entre chaque ligne. Une ode à la différence vue par Gilles Marchand non comme une anomalie en soi mais plutôt comme une richesse, une invitation à la rêverie et à la fantaisie.

On se réjouit de trouver entre chaque paragraphe, une petite touche saugrenue à la manière de Vian (je pense à l’Écume des jours), un soupçon de Gary, le tout baigné de délicatesse et d’émotions qui remuent à l’intérieur. L’écriture est liquoreuse et l’on se laisse aller à une douce ivresse dans ce monde insolite qui ouvre les portes de l’imagination…

Certes, j’ai aimé cette promenade chimérique et me suis plongée quelque instant dans l’atmosphère décalée de ce conte absurde, mais la longueur un peu stérile du récit m’a fait décrocher un peu de ce monde parallèle…

Un funambule sur le sable de Gilles Marchand, éd. Aux Forges de Vulcain

Date de parution : 24/08/2017  
Article publié par Catherine le 1 novembre 2017 dans la catégorie Cru bourgeois
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
Grand vin

Bakhita – Véronique Olmi

Au Darfour en 1865. Enlevée à sept ans dans son village, Bakhita n’a connu que la souffrance. Quand elle devient adolescente, elle est achetée par le consul d’Italie et découvre un pays où la pauvreté et l’exclusion sont au paroxysme. Enfin, à l’issue d’un illustre procès qui se tient à Venise, elle se retrouve affranchie et entre dans les ordres. Elle se consacre corps et âme aux enfants pauvres, se bat avec acharnement sous le joug du chaos des deux guerres mondiales, du fascisme et de l’inégalité. Et coûte que coûte, elle survit en silence dans cette thébaïde de douleurs, un silence si éloquent qu’il crie au fond d’elle, implore les cieux pour qu’ils la sortent de cet enfer où raisonnent en écho la peur de se perdre, après avoir été arrachée à sa famille et à l’amour qu’elle voulait, si fort, si grandiose, qu’elle a chassé de son cœur à présent.

Bakhita est l’histoire d’une femme de pacotille, devenue héroïne à force de courage et de détermination dans un monde hostile, dénué d’amour, qui ne laisse que peu de chance aux êtres réprimés et où le désarroi séjourne comme un spectre dans les âmes bafouées, un monde où la misère a grignoté les cœurs meurtris et fragiles.

BakhitaL’auteure nous livre un récit poignant sur le parcours d’une femme remarquable qui connut l’esclavage, les geôles africaines puis italiennes, pour se retrouver enfin sauvée par la Loi puis l’Église. Ainsi, elle deviendra religieuse puis sainte.

Avec la sensibilité et la délicatesse que l’on reconnait une fois encore à l’auteure, l’on suit le destin de la petite fille africaine, d’abord arrachée à son village natal, devenue domestique puis religieuse au secours des pauvres et enfin reconnue par les Saintes Écritures. Avec talent, Véronique Olmi nous conte l’histoire vraie de cette ancienne esclave soudanaise devenue pieuse en Italie pendant cinquante-trois ans.

J’ai toujours aimé, et ici encore, cette façon qu’a la romancière d’insuffler à notre cœur toute sa sensibilité et de diluer au fil de ses romans une émotion intense, sans jamais pour autant nous gaver de pathos. Il y a peu d’auteurs à l’instar de Véronique Olmi – j’ai la chance d’en connaître un seul – pour nous donner de telles lignes délicates et traiter une thématique pourtant grave et sombre en y glissant un message d’espoir et une fin heureuse.

Un roman majestueux et saisissant… Je vous le recommande vraiment.

Bakhita de Véronique Olmi

Date de parution : 23/08/2017  
Article publié par Catherine le 24 octobre 2017 dans la catégorie Grand vin
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
vin de table

Un jour, tu raconteras cette histoire – Joyce Maynard

Joyce, écrivaine célèbre et auteure du présent roman, a 55 ans lorsqu’elle épouse Jim, l’homme de sa vie, son amour fou arrivé si tard. Mais qu’importe… Elle l’aime à perdre la raison. Après une vie sentimentale chaotique, un divorce pénible et quelques histoires sans lendemain, elle ne croyait plus à l’amour.

Un jour, Jim lui murmure « Tu raconteras cette histoire, la nôtre. ». Parce que Jim vient d’apprendre qu’il a un cancer du pancréas, ne lui laissant que peu de chance de vivre longtemps encore. Joyce est effondrée.

Après le décès de son amour, Joyce lui rend hommage et couche sur papier leurs trois ans de bonheur, depuis le début de leur histoire en passant par leurs moments d’amour grandiose, leur quotidien sans anicroche, même si celui-ci est entaché parfois de petites disputes, comme il en arrive au sein de chaque couple, leur complicité, leurs bouts de vie ensemble entrecoupés de courtes séparations.

tu raconteras cette histoireLe temps a passé mais jamais n’a effacé le souvenir d’une histoire d’amour de trois ans, si brève mais si intense.

Joyce Maynard retrace à satiété toutes ces années de vie heureuse, cadencées çà et là de voyages dans la baie de San Francisco jusqu’au Guatemala en concerts rock et les dîners en tête à tête. Elle nous parle aussi de leurs combats à tous les deux face au crabe qui rongeait Jim, les traitements lourds qui le rendait fatigué, à bout de souffle, la rage contre ce mal qui les éloignaient l’un de l’autre et de l’amour toujours qui triomphait.

Et le ton est donné. Le lecteur se retrouve ici un peu comme le témoin indécent d’un journal intime, ou plutôt ne serait-ce pas l’auteur qui nous met un peu mal à l’aise de nous immiscer bien malgré nous dans cette histoire qu’elle aurait dû, à mon sens, cloisonner dans son cœur.

Au fil de ce long récit (432 pages…), l’auteur se raconte, s’épanche, déverse sans vergogne ses souvenirs jusqu’à nous mettre parfois devant le fait accompli, rendant en cela son témoignage un rien embarrassant parfois. Est-ce donc une nécessité de s’ouvrir sur la place publique ? Cette façon qu’ont certains auteurs de livrer leur intimité dans ce qu’elle a de plus secret est-elle devenue coutumière ?

Pour ma part, je reconnais que l’hommage rendu à l’amour de sa vie est certes poignant mais aurait peut-être mérité davantage de pudeur et de discrétion…

Un jour, tu raconteras cette histoire de Joyce Maynard, éd. Philippe Rey

Date de parution : 7/9/2017  
Article publié par Catherine le 6 octobre 2017 dans la catégorie vin de table
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
Grand vin

Belle merveille – James Noël

12 janvier 2010. À Port-au-Prince la terre tremble, laissant le paysage en pleine désolation. Dans cette ville dévastée Bernard, survivant, hurle désespérément. Car crier reste le seul moyen pour subsister. S’époumoner dans un paysage de gravats pour fuir la désolation, revivre un peu. Hurler aussi pour retrouver l’amour et le désir dans les bras d’Amore, son amante, une belle napolitaine travaillant comme bénévole dans une ONG. Bernard a le coup de foudre pour cette femme endiablée… Pour quitter ce paysage démoli, elle lui propose de partir à Rome. Bernard, fou amoureux, acquiesce.

À bord d’Ici-Bas Airlines, Bernard s’envole, les pensées remplies de toutes ces « belles merveilles » – une expression haïtienne – qu’offre une curieuse mappemonde. Mais dans ses pensées chaotiques, Bernard nourrit le rêve de retourner au pays.

belle merveilleÀ travers Bernard, son héros en perdition, l’auteur revient sur les sept dernières années qui se sont écoulées depuis le séisme. Chaque ligne est imprégnée d’amour, celui d’Amore qui l’a sauvé. Car auprès d’elle, il renaît. Entre eux surgit une belle complicité, une osmose, un amour infini. Lui, tourmenté, rêveur et elle fougueuse, ardente.

L’auteur nous dévoile tout de go les combats menés au quotidien par le peuple haïtien, sous le joug du colonialisme et de l’aberration de l’aide humanitaire, des ONG qui se remplissent les poches sans vergogne au détriment du peuple meurtri et démuni.

Sept années de débauche qui ont conduit Bernard à la perte totale de ses repères, lui qui a connu la folie, le sexe débridé, le trouble, sur fond de choléra et au rythme du Kompa.

L’auteur haïtien signe un premier roman bouleversant qui remue à l’intérieur. James Noël est un poète immense, indéniablement. Il a cette capacité de mettre le cœur en émoi, même le plus coriace, le plus inflexible.

Un récit enluminé, une plume magistrale et poétique trempée d’eau de rose. Un écrin de velours enveloppe ce roman-hommage à un peuple meurtri, mais qui invite chacun d’entre nous à une réflexion sur les dégâts insidieux de l’aide humanitaire Aussi une ode à l’amour, le vrai, le grandiose, celui qui sauve de tout…

Il me faut à présent classer ce roman dans une catégorie de notre site… Je lui donnerai trois verres pour la poésie que l’auteur insuffle entre les lignes, évitant en cela le pathos que la gravité du drame pourrait engendrer.

Belle merveille de James Noël, éd. Zulma

Date de parution : 24/08/2017  
Article publié par Catherine le 26 septembre 2017 dans la catégorie Grand vin
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
Grand vin

Le camp des autres – Thomas Vinau

Pour fuir un père brutal, Gaspard, accompagné de son chien, vagabonde dans une forêt peu accueillante. L’enfant cherche à manger, court de gauche à droite, tombe et se blesse. Il est alors recueilli par un homme curieux. Est-ce un ermite ? Un fou ? Un mage ? Gaspard reste sur ses gardes, on ne sait jamais… Puis un matin surgit de nulle part une bande de baladins qui apportent un sac contenant douze vipères et enjoint l’hôte de Gaspard d’en préparer des potions.

L’enfant est d’emblée transporté par cette bande de larrons insolites et décide de les suivre désormais.

le camp des autresVaille que vaille, dans cette caravane de bohémiens, Gaspard se ressource et s’émerveille. Et ces autres, ces marginaux, ces gens de peu lui redonnent goût à la vie, même si celle-ci porte les stigmates d’un passé douloureux.

Une légende sociale délicate et pleine d’émotions qui fait revivre les personnages légendaires de la Caravane à Pépère au début du XXe siècle. Un hommage magnifique à l’enfance et à la nature, souvent luxuriante et magique, mais parfois funeste et inamicale… Mais aussi et surtout une ode aux exclus de la vie, aux écorchés, aux va-nu-pieds qui se démènent tant bien que mal dans une société qui les pourchasse, sous le joug du pouvoir qui les opprime.

L’auteur livre ici une histoire qui illumine le cœur, nous envoûte jusqu’au plus profond de nos entrailles. L’écriture est rythmée, chaque ligne est baignée de poésie, gommant en cela la part d’ombre qui entoure les personnages, tous largués malgré eux, tous à l’âme de guingois. Et nous rendons grâce à l’auteur d’entourer d’un liseré d’or les contours de ces âmes meurtries, en leur offrant un premier rôle aux devants d’une scène de fortune.

Et d’un monde de pacotille et de hayons, d’où éclatent un cri de détresse, l’auteur fait ressortir un rai de lumière, un éclat d’espoir…

J’ai aimé ce récit que l’auteur a gardé cloisonné dans son cœur pendant plusieurs années avant de coucher sur papier ses rêves d’antan et de faire revivre les mots doucement endormis, les désarrois de l’enfance et l’appel de la forêt pour seul remède.

Le camp des autres de Thomas Vinau, Alma éditeur

Date de parution : 24/08/2017  
Article publié par Catherine le 18 septembre 2017 dans la catégorie Grand vin
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
vin de table

La fuite – Paul-Bernard Moracchini

Dégoûté de la société, un homme se retire à la montagne, dans un petit refuge perdu dans les bois. Horripilé par ce monde insensé, devenu vraiment insupportable à ses yeux, il quitte tout : famille, amis, collègues de travail et même ses nombreuses conquêtes féminines.

Ainsi, un beau jour, la montagne corse et la nature luxuriante l’appellent loin de ses repères, pour une thébaïde imposée, au risque de péter les plombs s’il n’abandonne pas cette vie de pacotille.

la fuiteRien de plus vrai que la nature se dit-il. Rien de plus envoûtant que les grands espaces, loin des tumultes de la vie. Il emporte quelques provisions et un fusil, convaincu que tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais survivre au milieu de nulle part quand on n’y est pas préparé n’est pas à la portée de tout le monde et très vite, tout va basculer, laissant le héros en pleine dérive, déçu et bien démuni.

L’histoire d’un héros anonyme car l’on ne sait rien de lui, ni son nom ni celui des protagonistes qui l’entourent. L’on sait seulement que c’est la Corse qu’il choisit comme lieu d’exil.

L’auteur signe un premier roman où jouxtent quelques réflexions sur la folie humaine et vers quoi elle peut conduire. Un livre succinct habillé d’une jolie couverture (et c’est peut-être ce détail qui m’a amenée à le feuilleter, et sans doute aussi le synopsis qui semblait alléchant) qui séjournait sur le présentoir de la rentrée littéraire, un peu coincé entre deux autres plus épais et certainement plus attirants pour les quelques curieux ayant poussé leurs pas jusqu’à la librairie… C’est peut-être aussi cela qui m’a convaincue d’en faire l’acquisition.

Même si la lecture fut agréable et rapide puisque le roman ne s’égrène que sur 153 pages, je n’ai gardé de celui-ci qu’un souvenir fugace…

La fuite par Paul-Bernard Moracchini, éd. Buchet-Castel

Date de parution : 17/08/2017  
Article publié par Catherine le 7 septembre 2017 dans la catégorie vin de table
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
 
Cru bourgeois

Aucun été n’est éternel – Georges-Olivier Châteaureynaud

Aymon, un jeune bourgeois parisien, vit oppressé entre une mère possessive à outrance et un père moribond. L’été arrive et le conduit en Grèce. À Athènes, il rallie une bande de copains délurés et découvre tout à tour la liberté, le sexe, la musique et aussi la drogue. Et tout ce petit monde mène une vie de débauche sans se soucier le moins du monde de ce que seront les lendemains. Là-bas, il fera de curieuses rencontres. Il croisera Crevard, un globe-trotter expérimenté, Heinz, le copain dealer, Anji, qui a déjà trois overdoses à son passif, Kilian, guitariste talentueux et Naze, un pauvre hère qui arbore un tatouage infâme.

Au sein de cette tribu en perdition, Aymon s’enhardit peu à peu, même si le groupe se disloque, menant les uns à Tanger et les autres à Londres. L’été se termine bientôt et Aymon est contraint de rejoindre Paris et sa vie sans anicroche de petit …, abandonnant de la sorte une escale de pacotille, ses copains hippies qu’il aura du mal à oublier.

Aucun été n'est éternelNostalgie, quand tu nous tiens… L’auteur nous emmène dans le passé de son héros, entre dorures et snobisme de la vie parisienne et nonchalance et dérives d’une certaine échappée estivale, la plus belle de toutes pour Aymon.

Et déjà il repense à ce temps d’été et de liberté, sur fond de sexe, drogue et rock-and-roll, dont il gardera à jamais les stigmates. Mais, il doit se rendre à l’évidence, cette période valait-elle la peine d’être vécue ou n’était-ce qu’un feu de paille ?

Le style est enjoué et la plume virevolte comme un pas-de-deux d’une fin de soirée endiablée, nourrie de plaisirs et d’insouciance, loin de la grisaille parisienne.

J’ai passé un bon moment de lecture, fait un bond en arrière dans ma vie d’ado, certes, mais cette histoire ne restera dans ma mémoire qu’un souvenir fugace.

Un roman qui signe la fin des vacances et que l’on emporte dans l’avion du retour. Aussi, un récit qui annonce les prémices de la rentrée littéraire…

Aucun été n’est éternel de Georges-Olivier Châteaureynaud, éd. Grasset

Date de parution : 10/5/2017  
Article publié par Catherine le 31 août 2017 dans la catégorie Cru bourgeois
Facebook Twitter Netvibes Mail
 
1 2 3 4 5 6 7 ... 80 81 »

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne