Cru bourgeois

La ballade de Lila K – Blandine Le Callet

« Ils » l’ont prise en charge et ont dû lui enseigner de nouveau à marcher, à parler et à manger … Lila K se retrouve dans un centre … Un hôpital psychiatrique? Un pensionnat? Pire, une prison …
Voici donc le récit de son arrivée au Centre jusqu’à ses premières années en société.

Mais Lila n’est pas comme les autres … Surdouée, presqu’autiste, asociale, elle s’angoisse pour un rien et se met à redouter l’extérieur, les autres … Son cœur porte les stigmates d’une enfance passée aux côtés d’une mère droguée et prostituée.

La ballade de Lila KPourquoi Lila a-t-elle été arrachée à sa mère, qui croire dans ce monde insensé où les livres sont proscrits ?
Lila va barrer d’un trait noir ce que jadis lui a donné d’enfer et de traumatismes et s’acharnera avec force à retrouver malgré tout cette mère qui la faisait souffrir…

Voici un roman étrange aux allures de policier à l’Américaine, qui épate parce qu’il est donné par un auteur français, à la plume subtile, qui use et abuse d’imagination et qui touche le lecteur dans les coins et recoins de son âme.

Mais un roman qui déçoit quelque peu … Autant l’auteur avait donné toute la mesure de son talent avec son recueil de nouvelles « Une pièce montée » autant ici on est un peu perdu dans des méandres futuristes et le personnage de Lila K ne convainc pas …

On a du mal à suivre l’héroïne Lila K car elle évolue dans un univers décalé, qui ne nous correspond pas … L’auteur donne une version de l’avenir castré, voire javellisé, où les individus sont privés de singularité et sont invités à rentrer dans les rangs …

Dommage pour l’auteur d’une pièce montée qui retombe un peu ici … comme un soufflé raté …

La ballade de Lila K – Blandine Le Callet, Editions  Stock

Article publié par Celeste le 2 décembre 2010 dans la catégorie Cru bourgeois

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne