Premier Grand Cru Classé

Un très grand amour – Franz-Olivier Giesbert

« Un très grand amour » est présenté comme un roman (toute ressemblance avec…). L’histoire, contée à la première personne, a toutefois une allure de vécu (et même de souvent vécu). On devine que l’auteur a amplement puisé dans sa vie personnelle, et qu’il s’est fait plaisir en racontant des anecdotes. Il n’a cependant pas oublié notre plaisir à nous lecteurs, et a nourri son livre d’ humour et de larmes, sur fond de maladie grave, de déceptions, de ruptures, enfin tout ce qu’il faut pour nous divertir.

L’histoire fait quelques références à des personnages connus, le président Mittérand, et surtout Julien Green, considéré par certains comme le plus grand écrivain du XXième siècle. Je dois vous dire qu’en tant que fan de Green, ma critique ne pouvait être qu’enthousiaste. Une nuit à quatre heures, j’ai lu trois pages de « Léviathan »… et j’ai pleuré tant c’est entré profond en moi…! Dans « Un très grand amour », le personnage principal, Antoine, aurait rencontré Green. Celui-ci lui aurait affirmé n’avoir jamais vu le sexe d’une femme de son vivant – chose possible – mais aussi qu’il n’aurait plus eu d’activité sexuelle pendant les 40 dernières années de sa vie (il est mort à 97 ans!). Je paierais cher pour savoir si c’est de la fiction ou de la réalité !

Un très grand amour est aussi l’histoire… d’un très grand amour. L’auteur ne nous épargne pas les clichés; la femme très jeune et très belle, très blonde, taciturne, réservée, enfin l’archétype de poupée dont tout homme avec les organes bien fait tombe amoureux au premier regard. Il est aussi beaucoup question de tromperies, ce qui n’indignera plus personne de nos jours, sauf un certain Benoit. Au fil de quelques aventures et mésaventures, je me suis laissé conduire d’une page à l’autre avec délectation.

Un très grand amour n’est pas de la très grande écriture, Giesbert ne s’est guère inspiré de Green, mais c’est tout de même divertissant. En dépit des clichés et du vol en mongolfière au raz des pâquerettes, j’ai été séduit.

Un très grand amour – Franz-Olivier Giesbert. Éditions Gallimard

Article publié par Noann le 21 février 2010 dans la catégorie Premier Grand Cru Classé

Consulter tous les articles sur Franz-Olivier Giesbert (3)

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne