vin de table

Du train où vont les choses à la fin d’un long hiver – Francis Dannemark

Christopher, un homme de 50 ans d’origine anglaise rencontre Emma, une dame un rien plus jeune, à la gare de Bruxelles-Midi. Quelque temps plus tard, ils se retrouvent par hasard à la gare du Nord de Paris. Ils se reconnaissent, pas tout de suite, ils échangent d’abord quelques mots, et tiens tiens, je vous ai déjà vu, mais oui, vous étiez en Belgique, une fois… Ah oui, quel hasard… et vous allez où ? Je vais dans le sud. Ah tiens moi aussi… Et les deux personnes découvrent qu’elles ont le même objectif : Lisbonne. C’est un long trajet en train qui commence, et qui va leur permettre de se découvrir, peu à peu.  C’est donc autour d’un dialogue que ce petit livre est construit. Emma se dévoile, elle travaille dans un magasin bio, thé, plantes etc… a une sœur qui s’est entichée de son psy, homme de 27 ans plus vieux, mort récemment. Lui fuit les problèmes, il travaille dans la culture, organise des festivals, des rencontres etc… Il est désabusé comme on peut l’être à cet âge après une succession d’échecs et en profite pour donner son avis sur la société, l’art, la musique, le cinéma.couverture du train ou vont etc

Ce qui m’a surpris c’est que l’auteur a abandonné le style léger et poétique qui lui convenait bien. Certes, il s’agit d’un dialogue et il fallait que celui-ci soit réaliste. Il l’est, l’ambiance est bien rendue, c’est assez crédible. Mais ce mode de récit est un pari difficile et qui comporte des limitations. Ce dialogue tourne autour de tout et surtout de rien, de politique, de crise économique (avec quelques clichés !), sans  approfondir et dans un certain flou, comme toute discussion entre deux inconnus. Mieux eût valut quelques exemples concrets, des anecdotes. Les rencontres sont un terrain de jeu idéal pour un romancier, or ici l’auteur se prive un peu, en se cantonnant à des prémices, par essence superficielles. Les personnages sont authentiques mais ils m’ont un peu déçu par leur banalité. Il manque de pensées sensuelles, de questions comme il en trotte dans l’esprit d’un homme de 50 ans bien constitué. Est-ce que je lui plais ? Les sentiments sont-ils partagés ? Comment la séduire ? Rien de tout cela dans cette rencontre. D’un autre côté, tout peut être supposé, et c’est aussi ce qui peut rendre ce début d’histoire intéressant.

Du train où vont les choses à la fin d’un long hiver de Francis Dannemark. Éditions Robert Laffont

Article publié par Noann le 29 janvier 2011 dans la catégorie vin de table

Consulter tous les articles sur Francis Dannemark (3)

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne