Premier Grand Cru Classé

La nonne et le brigand – Frédérique Deghelt

C’est en apparence une histoire toute simple, et pourtant… Lysange vit avec John, un homme d’origine américaine placide, à l’opposé d’elle. Lysange est éperdue d’amour, avide de tout ce qu’un homme peut donner, alors que John est casanier et peu enclin aux joies du sexe. Il faut de tout pour faire un monde ! Elle le trompe régulièrement, avec son accord tacite. Lysange rencontre Pierre, avec qui la passion va très vite se déchainer jusqu’à la folie. Ils vivent un amour dévorant, terrifiant. Lysange, oppressée par le joug de cet amant doué, s’enfuit à la faveur d’une proposition étrange. Tomas, un homme assez âgé, fils d’une famille allemande exilée au Brésil, lui propose d’habiter sa maison le temps d’un voyage. Il possède une maison en bordure de mer où elle se rend, espérant échapper à l’emprise de Pierre.couverture de la nonne et le brigand

Dans cette petite chaumière, elle découvre un manuscrit écrit par une nonne, sœur Madeleine, une religieuse qui était partie en mission au Brésil pour un très long périple, conduit par un homme fruste dénommé « Angel ». C’est une brute épaisse d’apparence, un bourlingueur habitué à vivre dans une jungle dense et à côtoyer les indiens. Très vite, la naïveté de la nonne va se confronter au tempérament primaire de cet homme. Parallèlement, Lysange poursuit son aventure avec Pierre et elle se brise elle aussi. Les deux histoires s’éclairent l’une l’autre.

Je ne sais plus que dire de ce roman brillamment mené, qui m’a tenu en haleine pendant deux semaines. L’histoire est dense, longue, elle pourrait être mortellement ennuyeuse s’il n’y avait le talent d’une auteure qui semble posséder une baguette magique. Quand le récit s’essouffle, le point de vue change, juste au bon moment, passant du journal de la nonne au délire de Lysange, puis c’est Tomas qui revient apporter son grain de sel, et Pierre dans l’intervalle, dans ses pensées chamboulées, et le lecteur voyage suffoqué du Brésil à la France, en traversant les pensées de Lysange, d’un personnage à l’autre, du passé au présent. Tous les éléments semblent s’emboiter avec un naturel stupéfiant. Un plat trois étoiles à consommer avec passion au coin du feu. En revanche, certains développements sont longs, et bien qu’ils donnent le ton, les lecteurs impatients pourraient ne pas trouver leur compte. Un peu trop de détails parfois, quelques égarements. Les pensées amoureuses de Lysange sont vives et lancinantes, mais m’ont semblé personnelles et un rien compliquées.

Pas de grands éclats mais une atmosphère subtilement menée. C’est mon roman préféré de l’année, mais nous ne sommes que le premier février. Grandiose.

« Lysange se disait qu’une histoire d’amour était comme une vie tout entière. Elle avait son propre destin et ses atermoiements. Parfois elle ne s’accordait pas du tout à celui qui la vivait. Elle devenait alors un séisme, un si grand bouleversement qu’on ne pouvait pas la mener jusqu’au bout. Mais abandonner une histoire qui avait tant de personnalité, n’était-ce pas s’abandonner soi-même ? »

La nonne et le brigand de Frédérique Deghelt. Éditions Actes sud

Article publié par Noann le 1 février 2011 dans la catégorie Premier Grand Cru Classé

Consulter tous les articles sur Frédérique Deghelt (6)

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne