Cru bourgeois

Danbé – Marie Desplechin

Marie Desplechin prend la plume pour nous conter l’histoire réelle d’Aya Cissoko, fille d’immigrés Maliens. A cette famille étrangère, rien ne sera épargné. Ils se retrouvent dans un appartement étriqué et délabré. L’immeuble est victime d’un incendie criminel qui provoque la mort de nombreuses personnes, dont la papa et le frère d’Aya. L’enquête débouchera sur un non-lieu. Les iniquités sociales provoqueront la révolte de l’adolescente. Elle peine à trouver sa place dans cette société qui est en même temps étrangère et la sienne. La maman veille à élever ses enfants dans la tradition du « danbé », mot qui peut être traduit par « dignité ». couverture de dambé Pour autant, Aya n’est pas contrainte – heureusement – d’épouser toutes les coutumes du pays natal de ses parents. Elle évoluera comme toute jeune française, sans pour autant se départir aux yeux des autres de ses origines. Elle trouvera refuge dans la boxe, et deviendra championne du monde. Dans ce domaine là aussi, les inégalités sont courantes. Ce n’est pas un sport pour une fille, dit-on. Aya devra se battre doublement : contre les idées préconçues, et contre ses adversaires.

Aya est une enfant de l’immigration, déchirée, bien française de fait, mais qui garde par sa couleur la marque de ses origines, et toute la défiance qu’elle suscite. Elle nous donne par le biais de ce témoignage une leçon de vie et de courage.

Mon avis plus personnel :

C’est la vie d’une personne simple, racontée avec naturel et des mots simples. Les opinions sont ébauchées, avec un rien de politique, une dénonciation en pointillés du racisme, du sexisme, de l’intolérance, des clivages sociaux. Un peu de morale, un rien de pathos… Toutes les recettes présentes à juste doses, sans pousser le débat trop loin. Une histoire vécue qui devrait séduire un large public, dans une écriture accessible au plus grand nombre.

« Mais jamais, durant toutes ces années d’entraînements et de combats, je ne conçois la boxe comme un moyen de ‘m’en sortir’, comme une bonne manière, pour un enfant de pauvres de s élever socialement. Boxer n’est pas un accès au monde des autres. C’est une aventure intime. Une histoire de moi à moi. »

Danbé de Marie Desplechin et Aya Cissoko. Éditions Calmann-Lévy

Date de parution : 16/02/2011  
Article publié par Noann le 30 mars 2011 dans la catégorie Cru bourgeois

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne