vin de table

Une vie en plus – Janine Boissard

Présentation de l’éditeur :

Elle s’appelle Adeline Constant et tous l’envient. Une brillante carrière, un mari amoureux, trois enfants, une belle maison avec jardin à Saint-Cloud. Tout pour être heureuse. Et voici qu’elle démissionne de son travail. A la stupéfaction générale, Adeline a décidé de s’offrir une parenthèse dans sa vie trop pleine pour mieux regarder, écouter, aimer les siens. Être, en somme, une « happy housewife ».Une vie en plus

Raté ! C’était compter sans ses enfants qui, tour à tour, vont lui causer de sérieux soucis. Sans la rencontre avec Mathis, un homme, ardent et passionné qui ne vit que pour la musique à laquelle il initie les jeunes de la ville. À ses côtés, Adeline retrouve le rêve fou de son adolescence : écrire des chansons, mettre les mots en musique. Ensemble, ils conçoivent un grand projet. Jamais Adeline ne s’est sentie aussi vivante, jamais elle n’a tant vibré. Mais si cette « vie en plus » recelait un piège pour les siens, de l’amour en moins ?

 

L’avis de Céleste:

J’ai trouvé la thématique quelque peu ordinaire et cent fois exploitée, celle d’une femme de quarante ans, vivant à côté d’elle, sans plus d’émois, allant jusqu’à négliger un peu de l’éducation de ses enfants qu’elle voit grandir de loin. Le début du récit s’éternise et le lecteur est gavé de pages et de pages encore.
Puis vient le déclic, le remue-ménage dans la tête de l’héroïne, et sa décision de réaliser un rêve longtemps gardé secret dans son cœur. Pour cette nouvelle vie qui commence, Adeline doit prendre le cours de sa vie en mains et de grandes décisions, comme celle d’annoncer à son mari, à sa famille ainsi qu’à son employeur qu’elle se consacrera désormais à son rêve le plus cher, celui de devenir auteur-compositeur. Elle se heurtera à des réactions tantôt positives tantôt mitigées mais s’acharnera pour vivre son rêve jusqu’au bout. Ensuite viennent les ennuis familiaux, comme ceux de tout un chacun, des soucis avec les enfants, des blessures…
La deuxième partie sauve le récit qui se voulait plutôt ronronnant au début. L’auteur nous parle avec intensité du rêve, de la réalisation de celui-ci, avec tous les aléas que cela comporte parfois.
L’auteur conclut par l’apologie de la famille et de ses valeurs fortes, inébranlables, même si le socle qu’elle forme se fissure parfois par trop de coups de marteau piqueur…
Personnellement, je n’ai pas été scotchée à ce récit, refermant le livre, puis reprenant à nouveau le train en marche, l’entrecoupant de la lecture plus attrayante d’un roman reçu la semaine passée, qui, dès les premières lignes, rencontre déjà tout mon enthousiasme …
D’aucuns trouveront sans doute dans ce nouveau roman de J. Boissard un peu de rêverie dans un monde où l’on ne s’émeut plus. Dans ce volumineux récit – 521 pages – je n’ai réussi à me plonger ni à me laisser porter par une plume, certes très belle, quoique un peu longue parfois.

Une vie en plus de Janine Boissard. Éditions Fayard

Date de parution : 01/03/2012  
Article publié par Celeste le 14 mars 2012 dans la catégorie vin de table

Consulter tous les articles sur Janine Boissard (2)

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne