Premier Grand Cru Classé

L’embellie – Audur Ava Ólafsdóttir

Dans un pays où le jour à peine levé étreint la nuit aussi vite, voici le récit d’un voyage insolite. En plein mois de novembre, il fait très doux. Seules la bruine et les tièdes pluies recouvrent les terres désolées d’une Islande, plutôt habituée aux hivers interminables, glacés et enneigés.

Alors que son mari vient de la quitter, une femme brisée décide de faire un voyage pour oublier, fût-ce un instant, le vide et l’absence qui ont pris place dans son cœur. Entre-temps, tandis qu’elle pleure en silence, la chance lui sourira puisqu’elle gagnera un chalet de vacances et une fortune au loto.

Sa meilleure amie Audur, vient à son chevet et lui propose de s’occuper de Tumi, son fils de cinq ans, un peu autiste, un peu déluré, à l’allure étrange. Comme elle ne peut dire non à son amie, elle accepte et emmène le petit garçon faire le tour du pays. Tumi va lui ouvrir les yeux sur un monde différent, celui des enfants, enchanteur et plein de surprises, lui faisant un peu délaisser les récentes meurtrissures de son âme.l'embellie

Et nous voici portés et transcendés par cette fable gorgée de sentiments et de magie. La relation entre cette femme et le petit garçon prend une tournure de conte de fées, mêlant émois, fraîcheur et tendresse. La femme et son petit passager inattendu deviennent de véritables complices dans ce rondeau émouvant où se côtoient harmonieusement mélancolie et allégresse. Entre les lignes se dévoilent morosité et détresse sans que jamais l’auteur ne nous impose le tableau noir de souffrances de l’héroïne en s’entourant des clichés habituels …

L’écriture est fine, glisse comme l’eau sur les galets et jamais ne met le lecteur devant un fait accompli, un drame qui pèse lourd et que l’on endure jusqu’à la fin du récit.

Les paragraphes se suivent et s’enchaînent harmonieusement comme s’entrelacent délicatement les mots dans ce voyage de deux âmes à mille lieues l’une de l’autre, mais tellement unies à la fois.

L’auteur use et abuse d’humour abrasif quand il s’agit de sauver la noirceur d’une péripétie mais tout au long du récit elle fait montre de pudeur et de délicatesse pour accrocher le lecteur. On ne lâche pas des yeux ce roman qui exhorte à la vérité et à l’authenticité.

Après Rosa Candida, on reconnaît ici le talent indéniable de l’auteur à nous livrer une belle leçon de vie.

Un ravissement …

L’embellie de Audur Ava Ólafsdóttir, éditions Zulma

Date de parution : 23/08/2012  
Article publié par Celeste le 10 septembre 2012 dans la catégorie Premier Grand Cru Classé

Consulter tous les articles sur Audur Ava Ólafsdóttir (2)

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne