Grand vin

Le chat philosophe – Kwong Kuen Shan

En cette fin d’année, entre les achats de cadeaux, les embouteillages, la pression engendrée par les medias au sujet de la crise ressentie plus que jamais, les résultats navrants du football, les affres des politiciens et la fin du monde pour demain, tous ces abrutissements qui rendent l’homme fou, il y a encore des petites parcelles de bonheur, des instants intenses, de belles personnes, de belles amours qui nous poussent à continuer malgré tout…

Et il y a aussi de petits achats qui font du bien. En poussant la porte d’une librairie, un petit ouvrage m’a attirée. Passionnée par les chats, je n’ai pu résister et en ai d’emblée fait l’acquisition.

Ils sont autonomes – parfois même les trouve-t-on un peu hautains, vivent dans l’instant présent, vous adoptent s’ils sentent en vous un complice qui les comprenne, qui soit réceptif à leur philosophie.Le chat philosophe

Ils sont à mille lieues de se soucier des tumultes et de la vie stressante des humains toujours sous pression, toujours sur l’échafaud et déambulent nonchalamment en toisant du regard ces bipèdes qui n’ont rien compris à la vie.

Entre proverbes asiatiques, poèmes et belles citations, l’auteur nous invite à une promenade de sérénité à travers quelques toiles glissées entre les lignes. Elle nous donne une belle leçon de vie et nous livre un opus succinct mais baigné de béatitude et de douceur.

Et le lecteur se laisse emporter dans le monde de la gent féline, où ne règnent que la paix et la quiétude. En refermant le livre, l’on aspire à une chose, les suivre dans leur chemin merveilleux.

Un petit livre qui envoûte et transporte… Un petit arrêt sur images, une pause tendresse pour Noël…

Le chat philosophe de Kwong Kuen Shan, éd. Pocket

Date de parution : 08/11/2012  
Article publié par Celeste le 23 décembre 2012 dans la catégorie Grand vin

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne