Cru bourgeois

De là, on voit la mer – Philippe Besson

Louise, écrivain de 40 ans, mariée à François, n’est passionnée que par les livres et l’écriture. Pour trouver la sérénité et la paix intérieure afin de terminer son dernier livre, elle décide d’aller passer l’été à Livourne, un petit coin de paradis baigné de soleil.

Dans ce havre de calme, elle passe ses journées à écrire. Enivrée par l’azur de la mer et bercée par les senteurs d’un été qui prend fin doucement, l’inspiration est au rendez-vous.

Mais cette retraite solitaire est soudain troublée par l’accident de son mari resté à Paris… Un retour immédiat s’impose. Louise retrouve un mari alité dans une chambre d’hôpital. Retrouvailles bousculées. Louise se sent là un peu malgré elle, un peu par la force des choses. Elle gamberge, ses pensées s’envolent déjà vers la fin de son roman, vers le clavier qui n’attend que ses doigts. Et la voilà repartie déjà vers son antre de quiétude italienne…De là on voit la mer

Là-bas, elle se laisse porter par la douceur du lieu et son esprit déborde d’imagination et de création. Là-bas aussi, elle croisera Luca, un jeune marin venu perturber une solitude espérée et propice à l’inspiration.

Le cœur de Louise s’emballe et elle se laisse emporter par cette rencontre improbable et la fougue d’un jeune amoureux qui lui donne un nouveau souffle. La voici bousculée entre deux hommes, l’un resté à Paris qu’elle ne reverra pas et un amant italien rencontré au détour d’un chemin d’écriture, d’un exil obligé.

L’auteur nous livre, comme à l’accoutumée, un roman vrai et émouvant. Tour à tour, des questions surgissent çà et là, invitant le lecteur à se positionner face aux tumultes sentimentaux qu’il connaît ou a connu dans le passé.

Il scrute avec talent les dédales de l’âme bousculée et meurtrie, celle de Louise, déchirée entre un mari parisien et un jeune amoureux toscan.

Une belle balade jalonnée de réflexions et chaos sentimentaux et la question qui surgit : faut-il se laisser guider par ses envies de liberté, même à n’importe quel prix ? Un récit empreint d’émois et de tourments. Indubitablement un livre intéressant…

À travers une plume certes très belle mais aussi un peu monotone parfois, j’ai regretté que l’auteur se borne à nous livrer un récit de vie mille fois rencontré…

De là, on voit la mer de Philippe Besson, éditions Julliard

Date de parution : 03/01/2013  
Article publié par Celeste le 27 janvier 2013 dans la catégorie Cru bourgeois

Consulter tous les articles sur Philippe Besson (3)

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne