Cru bourgeois

En souvenir d’André – Martin Winckler

« En souvenir d’André ». C’est par ces mots que les interlocuteurs d’un médecin, qui est aussi le narrateur, annoncent leur quête ultime : Ils sont en phase terminale d’une grave maladie, et souhaitent abréger leurs souffrances. Le médecin qui livre ici son témoignage est en effet connu pour se rendre aux chevets de certains grands malades. Il a une empathie particulière, qui se ressent très bien tout au long du récit, une façon à lui d’envelopper la douleur du patient, de le considérer, une manière d’accompagner le malade, de l’écouter sans le juger, de lui parler sans rien lui dire. Au fil des années, le médecin s’est pris au « jeu », après son service, il passe chez des personnes dans le besoin d’en finir, et leur délivre la méthode qui les rendra enfin… Heureux…En souvenir d'André

L’histoire s’annonce grandiose dès les premières lignes, le lecteur ne manquera pas d’être intéressé, sinon capturé, par la quête de cet homme, sa façon d’appréhender la vie et son inéluctable contrepoint : la fin. En ce qui me concerne, je dois avouer que j’ai été emporté par certains passages, et que cette lecture fut agréable. Cependant, j’émettrai quelques  bémols. D’abord tout n’est pas intéressant, si certains chapitres sont captivants, d’autres le sont moins. L’écriture a le mérite d’être facile à lire mais est assez basique…

En souvenir d’André – Martin Winckler. Éditions P.O.L.

Date de parution : 04/10/2012  
Article publié par Noann le 8 janvier 2013 dans la catégorie Cru bourgeois

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne