Grand vin

La nuit en vérité – Véronique Olmi

Liouba et son fils Enzo occupent dans les beaux quartiers de Paris un appartement luxueux que les propriétaires, absents la plupart du temps, ont mis à leur disposition à charge pour Liouba de l’entretenir. Enzo fréquente un établissement scolaire luxueux et élitiste qui ne lui correspond pas. Obèse, habillé en haillons, peu loquace, il trouve refuge chaque nuit dans les livres et les scénarios qui se dessinent dans sa tête. Ainsi, il devient le souffre-douleur de ses camarades de classe qui se livrent à un véritable travail de sape qui va des incessants quolibets et railleries que chacun lui adresse impunément jusqu’au harcèlement qui prend une tournure lourde de conséquences. Même le directeur du collège reste insensible à cette destruction morale. Chaque lundi matin dans ce collège maudit, Enzo déprime de plus en plus. L’adolescent aux antipodes lutte au quotidien contre la malveillance et le harcèlement de ses camarades de classe, se renfrogne et se claquemure…

Un récit qui nous ouvre les yeux sur les drames intérieurs et les injustices que l’exclusion engendre au quotidien dans notre monde actuel, un monde ingrat vissé derrière un écran à défaut de communiquer ou qui insulte et condamne à tout va celui qui est juste différent, juste sensible.

La nuit en vériteÀ travers une écriture de qualité, l’auteur parle aussi et surtout de l’intensité d’une relation mère-fils que rien ne peut bousculer. Les mots glissent et virevoltent avec élégance et harmonie. La vie de cette très jeune maman aux côtés d’un enfant différent à la sensibilité exacerbée est magnifiquement décrite.

Entre ces deux solitudes qui s’affrontent, viennent s’immiscer parfois les secrets, les ressentiments, le courroux aussi… La pression est omniprésente et remue les tripes.

Un roman d’une grande authenticité qui révèle les violences de notre monde sans âme, caché derrière les arcanes des réseaux sociaux… ou plutôt meurtri de solitude, muet…

Voici une auteure que je suis depuis longtemps. Je retrouve ici tous les ingrédients de quelques-uns de ses romans d’antan qui m’avaient conquise, où émotion et sensibilité se jouxtaient et donnaient toute leur intensité. Quelques déceptions parmi les derniers récits m’avaient rendue mitigée et mon enthousiasme s’était quelque peu essoufflé. Ce présent récit me donne un regain d’émerveillement…

Vérité, justesse et émotion embrasent les lignes d’un bout à l’autre de cette histoire grave et intense…

La nuit en vérité de Véronique Olmi

Date de parution : 21/08/2013  
Article publié par Catherine le 13 octobre 2013 dans la catégorie Grand vin

Consulter tous les articles sur Véronique Olmi (7)

Facebook Twitter Netvibes Mail

7 petits mots

Le 13 Oct 2013 à 19:03:23

Encore une Véronique que je n’ai jamais lu. Je m’aperçois que je dois découvrir encore des tas d’auteurs !!! Merci Céleste pour ce billet élogieux.



 
Celeste
Rédactrice
Le 13 Oct 2013 à 20:23:05

Bonsoir Krol, mes chroniques tardent un peu pour le moment. Elles arrivent un peu au compte-gouttes mais bientôt le rythme habituel sera retrouvé ! Si tu ne connais pas cette auteur, lis donc d’abord Bord de mer qui m’avait beaucoup plu et qui rejoint un peu l’univers de ce roman-ci. Bonne soirée à toi



 
Le 14 Oct 2013 à 16:15:31

J’avais trouvé qu’ace des deux derniers romans, V. Olmi tournait en peu en rond au niveau des thèmes. Celui-ci pourrait me réconcilier avec elle !



 
Celeste
Rédactrice
Le 14 Oct 2013 à 20:32:43

Bonsoir Clara, oui tu as raison pour ce qui concerne les deux précédents romans, mais celui-ci rejoint un peu Bord de mer, plus ancien (L’as-tu lu ?) et c’est ce qui m’a redonné de l’enthousiasme. Bonne soirée à toi



 
Le 18 Oct 2013 à 06:51:15

Lecture prévue bientôt. J’espère aimer 😉



 
Tavernier
Le 18 Oct 2013 à 11:01:01

Véronique Olmi est une star de ce blog : déjà 6 articles !

Bonjour à Tous, Céleste, Stéphie, Krol, Clara…



 
Selkis
Le 26 Oct 2013 à 17:02:45

Premier livre que je lis de Véronique Olmi. Il est certain que je vais en lire d’autres. J’aime beaucoup sa façon d’écrire. Il est incontestable que je me suis attaché à ces deux êtres marginalisés par la société. Deux solitudes fusionnelles qui évoluent côte à côte, et qui pour ne pas se blesser se cachent leur vérité. Pour faire bien, sa maman, femme de ménage qui se refuse à accepter d’où elle vient (mais d’où vient-elle ?) fait en sorte que son fils puisse fréquenter un collège prestigieux pour les gens bien. Quelle erreur… ce petit gros deviendra la tête de turc du collège. Il fera tout pour le cacher à sa mère. Elle, mère très jeune, veut continuer à être jeune… Et sa façon de s’habiller fait honte à son fils. Un livre sur les non-dits, sur la différence, sur la difficulté d’intégration. Un livre aussi sur la force de reconstruction de ce jeune de 12 ans, qui ne se laissera pas détruire intérieurement. Un livre tout en pudeur. Le jeune garçon va s’identifier à un soldat dans les tranchées pour mener son combat, pour sortir debout de son cauchemar. Il recherchera ses racines, et ne pliera pas devant ceux qui veulent le voir ramper. Un livre ou les étoiles brillent la nuit et qui finit sur une note d’espoir…

oui oui je sais c’est long 😉



 

Ajouter un mot...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne