Cru bourgeois

Je sais que tu m’attends – Gilles Laporte

« Irai-je là-bas, aujourd’hui, dans mon bureau de la banque où m’attendent ordinateur et clients ? Ou bien retournerai-je chez moi, dans les bras de ma belle endormie ? Ou bien encore prendrai-je le large, comme ce point blanc flottant dans les brumes d’horizon, en partance vers l’infini ? Quelque part une corne hurle son départ vers la pleine mer ou son entrée dans un port. Laura dort encore. »

Alex et Laura vivent une histoire d’amour sans anicroche. Un jour, une balade sur la route de Saint-Brieuc. Le vent est très violent et l’Alfa Roméo d’Alex percute un arbre de plein fouet… Alex est transporté à l’hôpital dans un état critique.

Le neurochirurgien annonce à Laura qu’il n’y a plus aucun espoir de sauver Alex. Sans ménagement, il demande à Laura l’autorisation de prélever des organes à Alex pour redonner vie à une autre personne… Laura, épouvantée par cette approche peu scrupuleuse du médecin, refuse d’emblée. Le Dr. Lemire va alors se livrer à une série de démarches afin que Laura change d’avis. Ainsi, il va d’abord lui proférer des menaces, ensuite la séduire. Et entre les heures passées auprès de son compagnon et les rencontres avec le chirurgien, la vie de Laura va basculer. Elle finit par céder aux avances du D. Lemire…

Beaucoup de questions se bousculent alors : Laura a-t-elle été victime d’une manipulation du praticien pour des raisons médicales ou pour obtenir les faveurs de celles-ci effondrée par les meurtrissures du destin ?

Je sais que tu m'attendsÀ travers les paysages magnifiques et désolés de la Bretagne, l’auteur nous invite à suivre pas à pas sur le chemin sinueux de la manipulation perverse et amoureuse. L’écriture est tantôt étincelante tantôt plus ténue mais l’auteur analyse la douloureuse question du don d’organes et la manière, parfois maladroite, d’obtenir de la famille ébranlée la permission de prélever ceux-ci pour permettre à une autre famille de se réjouir d’un nouveau soubresaut de vie, une guérison…

Une belle promenade dans les coins de Bretagne chargés d’embruns et de légende, très bien décrits par l’auteur. Dans cette communion entre la mer et la terre, un drame surgit et viennent alors se heurter dans les cœurs mille questions. Ainsi, dans ce ballet infernal, se côtoient la vie, la mort, l’amour mêlés aux sentiments de désarroi, de renoncement. Et dans les méandres d’un destin fracassé, les sentiments deviennent alors confus et équivoques…

Un récit qui coule comme un fait divers, à savourer surtout le temps de quelques escales bretonnes et se laisser caresser par les vents fougueux…

Pour le reste, j’ai regretté que l’auteur se soit un peu trop intéressé à un sujet mille fois approché jadis, celui de la vie suspendue pour les uns redonnant l’espoir d’un nouveau destin pour d’autres…

Je sais que tu m’attends de Gilles Laporte, Genèse Édition

Date de parution : 10/04/2014  
Article publié par Catherine le 20 mai 2014 dans la catégorie Cru bourgeois

Facebook Twitter Netvibes Mail

4 petits mots

rahaoui
Le 27 Mai 2014 à 03:12:32

Un beau et idyllique cocktail de beaux sentiments et de douleurs eclates et reveles au grand jour dans une atmosphere morbide.le lien medical est relegue au second par les protagonistes de cette belle romance.l’etre humain est d’un legeretee deconcertante. Susceptible d’eclabousser tous les fatalismes sur terre.



 
Le 29 Mai 2014 à 11:10:55

Oh la la, le sujet est dangereux… Quand on a lu le sublime Réparer les vivants, peut-on lire ce roman ?



 
Celeste
Rédactrice
Le 29 Mai 2014 à 11:40:23

Bonjour Rahaoui, merci pour votre avis détaillé et constructif. Cependant pour ma part je n’ai pas été enthousiaste à 100 % à la lecture de ce roman…



 
Celeste
Rédactrice
Le 29 Mai 2014 à 11:42:29

Bonjour Krol, oui tu as tout à fait raison. J’ai moi-même été enchantée par l’excellent « Réparer les vivants ». Un ravissement. Ce roman-ci n’atteint pas de tels sommets d’émotions et de qualité d’écriture…



 

Ajouter un mot...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne