Grand vin

L’amour et les forêts – Eric Reinhardt

Bénédicte est professeur de français, mariée et maman de deux enfants. Lorsqu’elle elle fait la connaissance d’Eric Reinhardt, elle lui confie que son dernier roman l’a aidée, voire sauvée.
Lasse de sa vie auprès d’un mari obsédé et atrabilaire, elle désertera ce huis-clos suffocant, se laissera emporter de l’autre côté de l’obscurité et franchira les portes de l’adultère.
Soudain, un éclat, une embellie, un appel vers le large, une fougue, des frissons, des peaux qui se veulent, des âmes qui s’embrasent. Elle rencontre Christian. Dans ses bras, elle s’abandonne, s’enivre, jouit, meurt d’amour et de plaisir.
Et tandis qu’elle quitte la pénombre des émois interdits, elle regagne son domicile conjugal où l’attend un mari en plein délire, bien décidé à la torturer, à lui faire subir les pires supplices.
L'amour et les foretsEt l’on suit Bénédicte Ombredanne, se remémore avec émotion Madame Bovary. On s’immisce dans la vie de cette héroïne avec tout notre cœur, allant même jusqu’à être le témoin privilégié de sa perte et de sa reconstruction, de sa renaissance auprès d’un amant passionné et ardent.
L’auteur nous invite aussi à une réflexion intéressante. L’écriture et la littérature, seraient-elles les mamelles de tous les bienfaits, pourraient-elles être source d’épanouissement, de bien-être, ou plus encore, une sorte Bienfaiteur universel pour les cœurs en plein désarroi ?
L’écriture est emportée, soutenue. L’auteur traduit à merveille l’atmosphère qui règne au sein de cette sorte d’isoloir où se débat et se perd une femme sous le joug d’un homme jaloux et désaxé.
Cependant, je pense que le récit, bien qu’exaltant et certes très bien écrit, aurait gagné à être plus succinct, certaines longueurs ne lui apportant en effet aucune dimension supplémentaire.
Un roman dont on ressort le cœur lacéré et les yeux mouillés, à la fois bouleversé et ému par l’histoire de cette femme en pleine dérive et en quête d’un lendemain de volupté et de passion, loin d’une geôle dont le bourreau se nourrit de perversité et violence.
Sensuel, poignant…

L’amour et les forêts d’Eric Reinhardt

Date de parution : 21/08/2014  
Article publié par Catherine le 12 septembre 2014 dans la catégorie Grand vin

Facebook Twitter Netvibes Mail

3 petits mots

Le 21 Sep 2014 à 11:24:03

[…] Céleste est beaucoup plus enthousiaste, Caroline est bouleversée. […]



 
Tavernier
Le 21 Sep 2014 à 16:11:56

Je suis en train de le lire, et j’aime beaucoup le style, bien que ce n’est pas le genre de livre qu’on dévore…



 
Le 8 Oct 2014 à 07:29:38

[…] et les forêts chez l’Irrégulière, chez Cuneipage, chez Céleste, chez […]



 

Ajouter un mot...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne