Cru bourgeois

Peine perdue – Olivier Adam

Les touristes ont abandonné les belles plages de la Riviera pour regagner le chemin du travail et les villes bruyantes et tumultueuses. Alors qu’il devrait régner à présent, dans ce petit coin de villégiature ravissant, une atmosphère de douce quiétude, de sérénité, il se produit une suite d’événements insolites et nuisibles. D’abord, une bourrasque s’abat sur la côte, dévastant le paysage balnéaire et donnant à l’endroit un parfum de fin du monde, et ensuite la découverte d’Antoine, un jeune footballeur renommé, retrouvé mort sur un banc près de l’hôpital. S’ensuivent de multiples disparitions, de morts inexpliquées… Que s’est-il passé dans ce bout de terre du Sud la France où l’azur a fait place à la grisaille ? Pourquoi tant de destins fracturés ?

C’est le cœur rempli d’enthousiasme que j’ai découvert chez mon libraire le dernier roman d’Olivier Adam, auteur que je suis depuis le début et dont j’ai pu apprécier à maintes reprises le talent indéniable.

Ce dernier opus nous fait plonger d’emblée dans une sinistrose et un désarroi si importants que l’on a du mal à s’accrocher à cette histoire qui prend une tournure apocalyptique. Dans cet univers désolé, où sonne le glas de la perdition, survivent des cœurs meurtris, qui n’ont pas compris ce qui leur arrivait et surtout n’y étaient pas préparés. Et l’auteur ne nous épargne pas non plus… L’on se fait les témoins de cette catastrophe si improbable, si démesurée dans un lieu de France aseptisé et doré.

peine perdueLa plume est enlevée et le suspense bien mené jusqu’au bout. L’auteur s’immisce avec une grande subtilité dans les âmes blessées de ses personnages et nous livre avec beaucoup de vérité ce que chacun ressent et comment chacun tente de se sortir de sa soudaine décrépitude. Petit à petit se construit un monde décalé où les faibles se perdent encore plus, tandis que les plus hardis gagnent du terrain.

Magnifiquement décrits sont les paysages paradisiaques où cet été encore se prélassaient des corps devenus doucement vermeils caressés par les rayons d’Helios. Ces rivages idylliques à présent sinistrés se sont déteints en gris orage et assombrissent le ciel et les cœurs. Et le lecteur se sent un peu comme pris en otage dans cette histoire où la noirceur imprègne à l’envi chaque paragraphe jusqu’au paroxysme.

Certes un très beau récit, mais les événements et les situations sont tellement poussés à l’extrême qu’ils frisent le délire, voire l’hystérie. De même, les personnages, si attachants soient-ils, s’intègrent dans une mêlée de névrosés qui sont l’apanage du paysage actuel de la société…

Un peu moins convaincue qu’à l’accoutumée par ce nouveau roman d’Olivier Adam.

Peine perdue d’Olivier Adam

Date de parution : 20/08/2014  
Article publié par Celeste le 9 octobre 2014 dans la catégorie Cru bourgeois

Consulter tous les articles sur Olivier Adam (4)

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne