Grand vin

Mentir n’est pas trahir – Angela Huth

Gladwyn Suter vit dans une maison cossue de la banlieue de Londres. Sa belle épouse Blithe s’occupe du foyer, lui prépare de bons petits plats lorsqu’il rentre du travail et son fils est un garçon exemplaire. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Un jour, alors qu’il se rend chez sa mère à la campagne, Gladwyn croise Lara, une jeune femme qui a fait une chute de vélo. Il la conduit à l’hôpital et donne à son épouse un prétexte futile pour justifier son retard au domicile.
Après seize ans de mariage sans anicroche ni remous, Gladwyn multiplie les absences, les escapades improvisées, les alibis et noue une relation intense avec Lara. Et l’amour s’installe entre les deux amants… Glaswynl se retrouve emporté par une danse effrénée de sentiments, une aventure équivoque qui le désarçonne et le rend heureux à la fois. Dans sa tête se bousculent moult questions… Peut-on aimer deux femmes à la fois ? Certes, mais d’un amour différent, de raison et de stabilité d’un côté, de passion et de fougue de l’autre… murmure-t-il dans sa tête.

mentir n'est pas trahirEt il découvre ce qu’il a toujours blâmé et rejeté auparavant : jongler avec deux téléphones, imaginer des scenarii invraisemblables, se réjouir de retrouvailles clandestines, de baisers volés, frissonner de peaux enlacées.L’auteur dépeint ici les chaos amoureux à travers un paysage désolé de la campagne britannique. Dans cette valse de sentiments et d’impostures s’immisce un voisin étrange qui rend l’atmosphère plus lourde et plus mystérieuse encore. Il nous invite à suivre ce trio amoureux orchestré par Gladwyn.
L’écriture est sobre et glisse comme du papier glacé. Une belle histoire d’amour hachuré, de soubresauts du cœur, d’émois larvés. Un roman entre gris-clair et gris foncé, imprégné tantôt d’exaltation tantôt d’amertume. Dans cet estuaire d’amour, l’auteur nous promène et pose la question fondamentale de la duplicité, non comme une fourberie mais plutôt un débordement de sentiments que l’on partage avec deux personnes à la fois sans blesser, sans condamner.
Aimer ailleurs mais autrement, recharger la batterie d’un cœur las de tant de monotonie, se laisser bercer par une âme proscrite, s’enivrer d’une peau confidentielle. Est-ce concevable ? Ou essentiel ?

Mentir n’est pas trahir d’Angela Huth, éd. La Table ronde

Date de parution : 08/01/2015

Article publié par Celeste le 25 janvier 2015 dans la catégorie Grand vin

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne