Grand vin

L’Arbre du pays Toraja – Philippe Claudel

« Qu’est-ce que c’est les vivants ? À première vue, tout n’est qu’évidence. Être avec les vivants. Être dans la vie. Mais qu’est-ce que cela signifie, profondément, être vivant ? Quand je respire et marche, quand je mange, quand je rêve, suis- je pleinement vivant ? Quand je sens la chaleur douce d’Elena, suis-je davantage vivant ? Quel est le plus haut degré du vivant ? »

Le narrateur, cinéaste, perd Eugène, son meilleur ami, qui est aussi son producteur. Cette mort lui ouvre la porte à moult réflexions. Ainsi, il fait le compte à rebours de son existence, les rencontres qui ont jalonné sa vie, les visages et les corps qu’il a aimés, les éclats de bonheur que lui ont donné les personnes importantes qu’il a croisées et il s’interroge sur la place que prend la mort dans nos vies et les désastres dans les cœurs lorsque sonne le glas de la fin.

L'arbre du pays TorajaEntre jadis et aujourd’hui, l’auteur dessine les contours de sa vie et retrace les moments qui ont compté plus que tout, les femmes aimées, les rencontres fortuites, la perte d’êtres chers qui laisse exsangue. Mais à travers ce récit, il rend hommage à l’Arbre du pays Toraja, en Indonésie, un tombeau symbole de la foi en la vie. Dans un arbre dont le tronc est vidé, l’on y dépose les corps d’enfants morts puis à l’aide de branchages l’on ferme le mausolée. Après quelque temps, le squelette de l’arbre enserre les corps et les protège, leur donne une sorte de seconde vie.

Philippe Claudel livre ici à huis-clos ses douleurs, ses meurtrissures, surtout celles qu’a engendré la perte de ceux qu’il a aimés. Il dévoile la part sombre de son âme mais nous invite à nous tourner vers la médiation et la quête de repères pour croire encore à la vie, à l’amour, aux instants rares et magiques qui nous gardent vivants.

Ainsi, cahin-caha nous nous promenons dans l’âme entrouverte de l’auteur, l’on s’arrête le temps d’une brève réflexion, l’on reprend ce récit intimiste de vie et de mort et on le referme en envoyant à l’Arbre de Toraja ses vœux les plus chers pour une longue vie car, ma foi, elle en vaut bien la peine…

L’Arbre du pays Toraja de Philippe Claudel

Date de parution : 01/01/2016  
Article publié par Catherine le 7 janvier 2016 dans la catégorie Grand vin

Consulter tous les articles sur Philippe Claudel (7)

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne