Cru bourgeois

Les blessures du silence – Natacha Calestrémé

Une femme portée disparue. Une enquête bâclée. Un inspecteur de police, amoureux de la belle disparue et qui décide de relancer l’enquête en la confiant à son meilleur élément, quitte à contourner habilement la légalité… Voila les ingrédients de ce que nous pourrions appeler un thriller psychologique (j’ajouterais bien : « à la française » – par opposition au thriller américain, tant plébiscité). Tout y est, et d’emblée l’enquête s’annonce passionnante et mouvementée.

les blessures du silenceEt très vite les avis vont diverger, entre le mari, qui prétend que sa femme était dépressive et qu’elle s’est sans aucun doute suicidée dans un coin, et des collègues, qui assurent qu’il n’en est rien, mais au contraire, ledit mari n’avait pas un comportement irréprochable. Il pourrait avoir plus de responsabilité qu’il veut bien le reconnaitre. Le récit alterne entre la voix de la disparue, rétrospectivement, et celle du super-flic qui tente de démêler les fils de cet écheveau mystérieux. De page en page, nous découvrons l’emprise mentale qu’avait ce mari, la domination socialement silencieuse de cet homme qui est pourtant un notable au-dessus de tout soupçon…. Jusqu’à découvrir finalement une vérité insolite…  De rebondissement en rebondissement, l’étrange vérité finit par apparaitre…

C’est de main de maître que l’auteure nous conduit de fil en fil, à travers le tissu dense et complexe d’une relation particulière, mais pas tant que ça dans le fond, puisque la domination est courante, et depuis peu sous le feu des projecteurs, en particulier l’emprise de l’homme sur la femme. C’est donc sur un sujet brûlant de l’actualité que l’auteure surfe habilement, par une démonstration implacable et bien argumentée, presque académique. Les rouages de cette histoire sont parfaitement huilés, pour nous conduire avec enthousiasme d’une page à l’autre, et jusqu’à la fin. Malgré la thématique tant rabâchée, l’auteure parvient à donner une singularité aux personnages et au récit. La densité psychologique seule peut suffire à porter le lecteur, bien que les personnages ne suscitent pas toujours l’empathie.

On l’aura compris, l’intérêt de ce roman n’est pas tant l’énigme ni la trame dramatique, mais la consistance psychique des personnages, la dénonciation de l’emprise et du harcèlement, ainsi que la fourberie dont l’homme est capable.Tous ces problèmes pourtant très anciens mais qui semblent ne jamais trouver de solution définitive, d’où l’utilité d’en parler encore. Ce roman démontre avec brio le processus de domination mentale et ses conséquences, qui peuvent être dramatiques. A contrario, il pourra laisser les amateurs de policiers et de thriller « classiques » (comprenez : à l’américaine) sur leur faim. Pas vraiment d’intrigue complexe, pas d’affaire policière à rebond, peu de cadavres, une violence larvée… Mais une ambiance, un style et une densité des personnages intéressants.

Les blessures du silence de Natacha Calestrémé

Date de parution : 28/03/2018  
Article publié par Noann le 20 avril 2018 dans la catégorie Cru bourgeois

Facebook Twitter Netvibes Mail


Ajouter un mot...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne