Grand vin

Nouvelles à ne pas y croire – Fabien Maréchal

En un clin d’œil, rien qu’à voir la couverture, on devine tout de suite que ce livre-là n’est pas comme les autres… Il s’agit d’un recueil de nouvelles… Du jamais lu.

Une machine à café qui refuse de fonctionner. Elle semble s’être rebellée… Il faut aller au supermarché en acheter une autre. Mais que se passe-t-il ? Certains objets fuient, une machine dénommée Supra-Café X21 s’accroche aux pieds des clients, semblant supplier qu’on l’emmène…

Un couple est invité à une soirée. Ils arrivent complètement nus. Mais plus étrange encore, ils ne semblent pas réaliser leur état. Leurs hôtes, d’abord mal à l’aise, jouent le jeu…

Le ministre l’a décrété : il faudra au moins une bonne nouvelle au JT. Mais voilà, quelques minutes avant le début du programme, toujours rien, tout va au plus mal ! Comment les journalistes vont-ils remédier à cet épineux défi moral ?

Un jeu télévisé basé sur la délation au dernier degré. Les candidats doivent trahir leurs proches, et avec le plus d’audace possible… Un jeune homme dénonce ses parents, sa femme, son fils… Jusqu’où peut aller la télé-réalité ? Très loin, comme le démontre l’auteur…Nouvelles à ne pas y croire

Une ligne de chemin de fer aux horaires farfelus, aux destinations inconnues. L’on n’y prend pas d’aller- retour, seulement des allers simples…

Un couple étrange, le mari a préparé pour le repas… les membres du voisin… Il s’apprête à faire de même avec le fils du garagiste, au grand bonheur de celui-ci.

Les oiseaux sont devenus les rois du monde… Mais l’un d’eux est écrasé par un homme dans un accident. Celui-ci devra comparaitre devant un tribunal sévère…

Voilà les thèmes abordés dans ce recueil. Toutes ces curieuses aventures se déroulent sur un ton léger en apparence, volontiers ironique. L’auteur semble s’être beaucoup amusé, et l’ambiance qu’il dessine lentement finit par nous prendre, nous étonner et même nous faire rire. Mais attention, sous la légèreté se cache une sombre gravité, un certain surréalisme, parfois à peine exagéré, comme par exemple dans la nouvelle intitulée « Pas de nouvelle ». On n’a pas de mal à imaginer qu’un président de la république décrète qu’il faudra une bonne nouvelle chaque soir (le dernier Ppda, « Rapaces » montre l’influence du chef d’État dans les media). De même pour « Récréation », sorte de télé-réalité extrême, mais finalement assez convaincante, compte tenu des dérives actuelles. D’autres textes sont plus audacieux, ou disons plus irréels, comme ces oiseaux maîtres du monde ou les objets qui se rebiffent. Mais dans tous les cas, il y a toujours un rapport au monde actuel, une sorte de déformation de nos excès, jusqu’à les rendre loufoques, mais avec un fond de réalisme. On touche sans doute à la dystopie… Peut-être l’auteur veut-il  nous mettre en garde, et nous montrer ce qui risque de nous arriver par l’exemple. C’est très réussi globalement, même si l’auteur aurait pu, peut-être, aller un peu plus loin… Mais j’ignore dans quel sens. Il a manqué parfois d’un rien pour emporter mon enthousiasme. Mais tel est la caractéristique de tout recueil, chaque texte est différent, et touche plus ou moins le lecteur.

Nouvelles à ne pas y croire – Fabien Maréchal. Éditions Dialogues

Date de parution : 09/02/2012  
Article publié par Noann le 26 mars 2012 dans la catégorie Grand vin

Facebook Twitter Netvibes Mail

Les commentaires ne sont plus possibles pour cet article...

 

Blog de littérature. Critiques, extraits, avis sur les livres…

Dessin de Jordi Viusà. Conçu par Noann Lyne